Vous lisez...
2010, Merde et Remerde, Pop, Surf

Ceci n’est pas un disques des Cure, ni des Smith, ni de Joy Division.

Il y a peu j’ai vu passer un twitt de Yann Lebout (garçon intéressant, il parle peu mais parle bien, tout le contraire de moi) qui s’interrogeait rhétoriquement sur la similarité entre The Drums et The Cure. Etant moi-même assez friand de l’oeuvre des décoiffés en noir, j’ai tiqué et il me fallait écouter ce premier album des Drums dont beaucoup disent qu’il est bien parti pour être disque de l’année. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi « disque de l’année » c’est péjoratif. Ce n’est pas dans mes habitudes de parler de ce qui ne me plait pas, mais je vais faire une exception, tiens…

The Drums est un groupe fondé en 2008 des cendres de Elkland (un truc électronique, rien à voir, splitté en 2006) par quatre garçons dans le vent, américains mais gentils. En 2009 ils sont shortlistés pour BBC Sound Acts of 2010, classés 5èmes dans cette même liste en janvier 2010, matraquent les esprits à grands renforts de MTV (être signé chez Island ça aide), du coup se hissent dans les votes de lecteurs et font une entrée dans les charts pas trop mauvaise (16èmes chez les britons). Ouais. C’est un groupe qui a deux ans mais fait de la première partie de Kings of Leon, c’est-y pas beau l’entertainment moderne ? Et pendant ce temps plein de talentueux rament comme des dingues…

C’est pas tout ça, que cache ce disque qui est une « révélation » pour tant ? D’emblée on est accueilli par des relents d’élctronique cheap qui laissent vite la place à du bon gros rythme bien pop, le genre conçu pour bien péter sur toutes les radios. D’ailleurs un rapide coup d’oeil révèle qu’ils sont pour la plupart très proches du fameux 3 minutes 40 de la radio, comme c’est curieux. C’est pop, en 4/4, y’a du reverb, on fait péter le couplet-refrain sans risquer autre chose, et à première vue la production n’a pas été faite par des sourds. Deuxième morceau, même recette…

Mais dites-moi… la guitare me rappelle les deux tiers du répertoire des Cure, c’est normal ? A vrai dire la batterie et la basse pareil. Le chant beaucoup moins, c’est de la voix de puceau qui se donne un genre hipster, ça agace, mais le reste c’est pas possible quoi c’est du voulu on me vend un cover-band camouflé en révélation ! Le groupe cite comme influences The Smith et Joy Division (entre autres), faut croire que c’est normal… enfin ceci dit, quand au fil des morceaux les références se font aussi flagrantes, on ne doit plus dire « influences » mais « fournisseurs », non ? Ou alors c’est moi qui râle.

Vient ensuite l’horriblement agaçant « Let’s go surfing » qui a le mérite de durer moins de 3 minutes, et la même recette est réchauffée, resservie ad nauseum toujours dans un format très pratique pour les radios qui n’aiment pas prendre de risque. Comme c’est commode. Comme c’est lassant.

Ah ben quoi, c’est déjà fini ? C’était pas si long que ça finalement. Ah. 43 minutes. Tout s’explique…

En bref, pas de quoi fouetter un chat, ceci est un n-ième disque de pop dont la production est techniquement impeccable ; quelques tubes efficaces à court terme qui exploitent comme ils peuvent les sons, rythmes, et mélodies d’une période brittanique et d’une période surf dont les plus jeunes ignorent jusqu’à l’existence. Sûrement sympathique sur scène. Ils vont en vendre des disques, ça c’est sûr. Mais, demain, qui se souviendra ? Sur ces bonnes paroles, je vous laisse en compagnie de l’influence flagrante…

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Ceci n’est pas un disques des Cure, ni des Smith, ni de Joy Division.

  1. Je trouve ça ironique que l’on considère comme une « révélation » quelque chose qui justement n’apporte absolument rien de nouveau et qui se contente d’imitations assez foireuses.

    Publié par Kiwi Poivré | 28 février 2012, 02:38

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :